DOUBLE MOI

  • Par maite2209
  • Le 26/10/2017
  • Commentaires (0)

Mon dernier billet ici a presque six mois. C'est fou. Le temps s'est faufilé au fil des jours, insaisissable et discret, comme il sait si bien faire.

L'histoire de la boutique Plume s'est étoffée de nouveaux chapitres. Dix-huit mois d'existence, de magnifiques rencontres, des récits de vies, des confidences, des sourires et des rires toujours. Une aventure humaine en xxxxxxxxl comme ils disent. Il n'y aura jamais assez de « x » pour la décrire. Je l'appelle ma boutique « thérapie ».

À ceux qui me connaissent, je parle souvent de mon double moi, celle que vous voyez, la ronde, la voluptueuse, la grosse, l'obèse, la gourmande… et celle cachée à l'intérieur, le pc (traduction petit cul lol), avec le bon IMC, la taille standard, les mensurations parfaites, les « bons » chiffres .

Cachée n'est pas le mot juste, je dis plus spontanément enfermée, séquestrée.

Cette boutique et son histoire m'apprennent à faire connaissance avec elle, la voluptueuse (j'aime ce mot), à la regarder enfin, la détailler même certains jours, comme lorsque Laura (elle se reconnaîtra) me demande de le faire face au miroir et de raconter ce qui s'y reflète.

Aïe, ouille, à l'aide, au secours fuyons…..

C'est ce que j'ai si souvent fait, prendre la fuite devant elle, cette image qui est un peu mon « bourreau », mon « geôlier », celle qui détient les clés de ma prison. La comparaison est violente ? Assurément, elle l'est, tout autant qu'une vie en double je, double moi.

J'apprends, chaque jour un peu plus, à apprivoiser ce reflet dans le miroir. Difficile, douloureux, compliqué, mais quelquefois acceptable, mais oui !

Grâce à cette aventure, à toutes celles qui ont franchi la porte de la boutique, les fameuses Plumettes, grâce à tout ce partage, j'ai même osé faire face à l'objectif lors du dernier shooting. Ah je faisais moins la maligne ! Facile d'énumérer à d'autres les bienfaits d'une séance de photothérapie.

Mais entourée des Plumettes mannequins du jour, sous l’œil bienveillant de ma petite sœur, notre photographe, je l'ai fait. Un sacré bout de chemin parcouru pour la voluptueuse et un immense sentiment de fierté, une fois n'est pas coutume.

Ces photos sont essentielles à la notoriété de Plume, c'est une évidence. Mais ça va bien au-delà d'une simple campagne de communication. Quelqu'un m'a dit, il n'y a pas si longtemps, depuis que j'ai franchi le seuil de ta boutique, j'ai retrouvé l'envie de prendre soin de moi, l'envie de me regarder à nouveau, le plaisir d'essayer et en feuilletant les photos du shooting, je me suis même surprise à me trouver jolie. C'est le plus beau des compliments.

Je ne sais pas si un jour mes « moi » feront la paix, si l'une libérera l'autre, si l'autre s'évadera, si cette prison dans laquelle je me suis enfermée perdra tout son sens, mais je sais déjà que chaque jour dans cette boutique m'apporte un peu de cette confiance en moi et de cette sérénité qui m'ont tant fait défaut.

J'aurais pu faire un post sur les dernières tendances, les couleurs de l'automne, les pièces fashion, j'ai choisi un billet sur votre Dame Plumette et ses états d'âme, parce que l'histoire de cette boutique est intimement liée à mon histoire.

Je vous souhaite la plus douce ou la plus folle des soirées, ou tout simplement celle qui vous plaira les Plumettes.

 

 

Vraieronde

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau